Bain japonais : le « feel good » moment de votre journée.

Le japon est une terre volcanique offrant près de 30 000 sources thermales d’eau chaude issues de la généreuse géothermie de l’archipel. De ce cadeau de la nature est né le rituel séculaire du bain « onsen ».

Ces bains chauds à ciel ouvert (+40° en moyenne), sont une source de détente et de purification pour le corps et l’esprit lors de laquelle communient les hommes et la nature. Ces lieux où l’on de délasse dans un paysage nimbé de vapeurs d’eau sont bien souvent sublimes. Selon les sources, la composition de l’eau varie. Elle peut être riche en fer, acide, sulfurisée ou alcaline ce qui crée une magnifique palette de couleurs pouvant varier du blanc nacré au vert de jade, en passant par des teintes orangées.

Singes des neiges dans des eaux thermales chaudesEt si vous visitez  le Parc national de Joshin’etsukogen un jour en hiver, vous constaterez que les hommes ne sont pas les seuls à apprécier ces bains chauds. Les macaques des neiges du Parc aux singes de Jigokudani adorent également se réchauffer dans les sources thermales !

Bienfaisante et curative.

Thermes romains, hammam, sauna, les vertus stimulantes de l’eau sur l’organisme sont appréciées depuis longtemps et par de nombreuses cultures. D’un point de vue physiologique, s’immerger dans un bain chaud provoque une réaction réflexe de notre système nerveux sympathique qui élève de la pression sanguine et le rythme cardiaque. Mais au bout de quelques minutes, le système parasympathique entre en action pour rabaisser la tension artérielle et diminuer la fréquence cardiaque. L’oxyde nitrique, une molécule qui dilate les vaisseaux sanguins, favorise alors une meilleure circulation du flux sanguin et réduit la pression artérielle. C’est durant cette phase de rééquilibrage que notre corps se régénère grâce à l’auto-régulation de ses flux énergétiques (précepte « Ki » des champ méridiens), et qu’une sensation de bien-être se fait ressentir.

images zen, femme dans l'eau

Le bain japonais s’invite à domicile.

Au Japon, il est encore très fréquent d’aller dans des bains publics payants « sento ». Cette pratique est culturelle. On considère les bains chauds comme un moyen de purifier le corps et l’esprit depuis l’époque d’Edo (1603-1868).

Femme japonaise dans un baquet furo en 1911.

 

À ce titre, lorsqu’il y avait des célébrations importantes à la cour de l’Empereur les nobles avaient pour priorité de débuter leur journée par un bain purificateur. Puis, de façon plus générale, l’usage s’est propagé au peuple japonais avec l’usage d’un baquet en bois pour se délasser dans une eau bien chaude.

Ces baignoires confectionnées en bois sont plus courtes et profondes que celle connues en Europe. On s’y installe donc dans une position assise sans étirer ses jambes ni bouger. L’immersion du corps se fait doucement, jusqu’au menton. L’exercice peut paraitre difficile si vous n’êtes pas habitués à une température de bain élevée, mais si vous parvenez à passer ce cap, vous ressentirez progressivement un relâchement de vos muscles, votre respiration se fera plus lente et vous accéderez à un état de grande relaxation.

Aujourd’hui le bain japonais peut se faire à domicile dans des baignoires en bois que l’on appelle « Ofuro » ou « Furo-oké ». Après avoir fait sa toilette au préalable, on fait couler une eau très chaude dans sa baignoire et l’on s’y plonge en respirant le parfum de l’essence de bois de cyprès avec laquelle elle est faite.
Un furo-oké peut être individuel ou de dimension plus importante pour accueillir les membres d’une famille. Quoi qu’il en soit, le rituel du bain japonais est dédié à la détente, à la méditation et fait partie d’un des préceptes de la philosophie Shinto qui invite à retrouver notre équilibre.


Retrouvez notre gamme de baignoires sur Kitoki Déco

deux baignoires en bois